Entretien sur l’immigration avec l’avocat Padilla

Entretien avec l’avocat en immigration Francisco Padilla

Le Panama est un endroit où il fait bon être!

padilla abog 1

Législation : Quelle législation primaire et secondaire régit l’immigration dans votre juridiction?

La législation principale qui régit l’immigration au Panama est le décret-loi n ° 3 du 22 février 2008 qui crée le Service national de l’immigration (NIS), établit et réglemente les catégories de permis d’immigration et énonce le processus d’immigration et d’autres dispositions. La principale législation secondaire est le décret exécutif n° 320 du 8 août 2008 qui réglemente le décret-loi n° 3 et définit les types de permis d’immigration et leurs exigences.

Accords internationaux

Votre juridiction a-t-elle conclu des accords internationaux ayant une incidence sur l’immigration (p. ex., des accords de libre-échange ou des accords de libre circulation)?

Le Panama a signé plusieurs accords de libre-échange et d’immigration avec différents pays qui incluent des conditions pour la suppression des visas de voyage et la mobilité des immigrants. Entre autres, le Panama fait partie des accords internationaux suivants qui affectent l’immigration:

  • la Déclaration de Quito sur la mobilité humaine des citoyens vénézuéliens;
  • la Convention relative au statut des réfugiés, 189 Du Traité des Nations Unies (UNTS) 150, promulguée par la Loi no 5 du 26 octobre 1977;
  • le Protocole relatif au statut des réfugiés, 606 UNTS 267, promulgué par la Loi no 5 de 1977; et
  • l’Accord de Marrakech, créant l’Organisation mondiale du commerce, promulgué par la loi n° 23 de 1997, qui accorde des permis d’immigration et de travail temporaires aux étrangers.

En outre, le Panama a signé le Pacte mondial des Nations Unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui vise à assurer une migration sûre, ordonnée et humanitaire.

Autorités de réglementation

Quelles sont les autorités gouvernementales qui réglementent l’immigration et quelle est l’étendue de leurs pouvoirs d’application? Les décisions de ces autorités peuvent-elles faire l’objet d’un recours?

Le NIS est l’autorité publique qui régit et gère le processus d’immigration. Les pouvoirs d’application de la LOI comprennent :

  • autoriser, refuser ou interdire l’entrée ou le séjour d’étrangers sur le territoire panaméen;
  • la gestion du processus d’approbation des permis d’immigration, avec le pouvoir d’approuver ou de refuser les demandes de permis d’immigration; et
  • ordonner l’expulsion ou l’expulsion d’étrangers, le cas échéant.

Les décisions du NIS peuvent faire l’objet d’un recours devant le ministère de la Sécurité publique. La légalité des décisions du ministre de la Sécurité publique peut être contestée devant la troisième chambre de la Cour suprême.

 

Politique gouvernementale

D’une manière générale, quelle est la politique de votre gouvernement en matière d’immigration d’affaires?

Traditionnellement, la législation panaméenne sur le travail et l’immigration a permis l’emploi de personnel étranger, à condition que des quotas pour l’emploi de personnel local soient respectés. La croissance constante et inégalée de l’économie panaméenne au cours des dernières années a créé une pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Pour compenser la pénurie, les politiques d’immigration des gouvernements récents et du gouvernement actuel ont commencé à assouplir les quotas d’emploi et ont favorisé des règles plus souples pour l’embauche de personnel étranger.

En 2008, une loi sur l’immigration a été adoptée pour faciliter les grands projets d’infrastructure, y compris l’expansion du canal de Panama et la construction du système de métro de la capitale. Les administrations récentes ont également inséré leurs opinions favorables sur l’emploi local de personnel étranger dans leur programme de négociation des traités et du commerce extérieur. Divers accords internationaux de commerce et d’investissement négociés au cours des dernières années comprennent des dispositions qui facilitent l’immigration d’affaires pour certains étrangers et professionnels des affaires.

La législation sur l’immigration adoptée par les administrations gouvernementales précédentes (2009 à 2014 et 2014 à 2019) a assoupli les critères d’entrée pour certaines nationalités et les critères d’immigration et de permis de travail, en particulier pour les étrangers de pays qui entretiennent de bonnes relations diplomatiques et commerciales avec le Panama, et a également maintenu l’environnement favorable aux étrangers en matière d’immigration et de permis de travail, avec quelques changements principalement pour protéger certaines professions qui, par la loi, sont réservés aux Panaméens.

Les autorités de l’immigration respectent strictement les lois sur l’immigration, les appliquant à tous les points d’entrée et par le biais d’inspections commerciales impromptues dans tout le pays.

Étant donné qu’une nouvelle administration gouvernementale a été inaugurée le 1er juillet 2019, de nouvelles politiques pourraient être adoptées.

Transferts à court terme

Visas

Dans quelles circonstances un visa est-il nécessaire pour les voyageurs de courte durée? Comment les visas de courte durée sont-ils obtenus?

Tout étranger qui vient au Panama pour travailler est tenu d’avoir un visa et un permis de travail, même si l’arrangement d’emploi est pour une courte période de temps. Les voyageurs de courte durée peuvent demander des visas et des permis de travail pour résider et travailler au Panama pour de courts séjours allant jusqu’à 15 jours ou pour trois ou neuf mois. Les voyageurs à court terme doivent être parrainés par une entreprise agréée basée au Panama.

Le voyageur de courte durée devra soumettre une demande de permis de travail au ministère du Travail (ML) et un visa au NIS. Une fois que le ML a approuvé le permis de travail, le voyageur à court terme doit soumettre la résolution approuvant le permis de travail au NIS pour demander le visa. Les permis de travail et les visas de court séjour sont généralement traités plus rapidement que les autres visas d’immigrant.

Restrictions

Quelles sont les principales restrictions imposées à un visiteur d’affaires?

Les principales restrictions imposées aux visiteurs d’affaires sont les suivantes.

Durée du séjour

Les visas de court séjour sont accordés pour une période maximale de neuf mois et ne sont pas renouvelables. Les visas de longue durée sont accordés pour des périodes de deux ans. Après la période initiale, le visa de longue durée peut être renouvelé pour une durée indéterminée.

Exigences spéciales en matière d’approbation, nationalités et citoyenneté restreintes

Sur le front de l’immigration, le Panama impose des exigences d’approbation spéciales aux étrangers d’Afghanistan, d’Albanie, d’Algérie, d’Azerbaïdjan, de Bahreïn, du Bangladesh, du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Tchad, de Djibouti, d’Égypte, de Guinée équatoriale, d’Érythrée, d’Éthiopie, de Gambie, de Guinée, de Guinée-Bissau, d’Haïti, d’Indonésie, d’Iran, d’Irak, de Côte d’Ivoire, de Jordanie, du Kazakhstan, de Corée, du Kosovo, du Kirghizistan, du Laos, du Liban, du Lesotho, du Libéria, de Libye, du Mali, Mauritanie, Maroc, Mozambique, Myanmar, Népal, Niger, Nigéria, Oman, Pakistan, Palestine, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Sri Lanka, Soudan, Suriname, Syrie, Tadjikistan, Tanzanie, Tunisie, Turkménistan, Ouganda, Ouzbékistan, Yémen et Zambie. Dans les cas impliquant des hommes d’affaires étrangers de nationalité restreinte, la demande de visa doit également être examinée et approuvée par le Conseil national de sécurité. Cependant, la loi permet aux NEI d’exempter les ressortissants de certains de ces pays qui détiennent un visa Schengen ou américain ou une résidence valide dans l’Union européenne.

Du côté du travail, la législation panaméenne régit l’octroi de licences et l’exercice de diverses activités professionnelles et impose la citoyenneté panaméenne aux titulaires de permis. La citoyenneté panaméenne est légalement requise pour les comptables, les agronomes, les architectes, les chimistes, les chiropraticiens, les cosmétologues, les dentistes et les assistants dentaires, les médecins, les économistes, les ingénieurs, les courtiers d’assurance, les journalistes, les techniciens de laboratoire, les avocats, les infirmières, les nutritionnistes, les pharmaciens, les assistants médicaux, les physiothérapeutes, les psychologues, les professionnels des relations publiques, les radiologues, les travailleurs sociaux, les sociologues, les orthophonistes et les vétérinaires.

Approbation du permis de travail

La législation du travail panaméenne prévoit expressément qu’un employé étranger n’est autorisé à travailler qu’une fois que le permis de travail correspondant est approuvé. Cependant, le processus d’obtention d’un permis de travail exige que les étrangers visitent le Panama et peut prendre de quatre à six mois pour être achevé.

D’autres exigences, cependant, créent un certain niveau d’inconfort pour les visiteurs d’affaires qui demandent un visa de courte durée au Panama. Il s’agit notamment de devoir déposer avec la demande la preuve d’un casier judiciaire vierge (sauf pour les visas de moins de 15 jours) et de documents justificatifs avec moins de trois mois de délivrance, à compter du jour du dépôt de la demande de visa auprès du NIS.

Formation à court terme

Une autorisation de travail ou une autorisation d’immigration est-elle nécessaire pour donner ou recevoir une formation à court terme?

Chaque étranger qui donnera ou recevra une formation à court terme est tenu d’avoir un visa valide et un permis de travail. Selon la durée du séjour, l’étranger peut demander un visa et un permis de travail pour une durée maximale de 15 jours, trois mois ou neuf mois.

Transit

Les visas de transit sont-ils nécessaires pour voyager dans votre pays? Comment les obtient-on? Sont-ils requis uniquement pour certains ressortissants?

Si le transit est de moins de 12 heures, et à condition que l’étranger reste dans l’enceinte de l’aéroport pendant le transit, un visa de transit n’est pas requis. Dans le cas où la période de transit dépasse une période de 12 heures en raison d’un cas de force majeure ou de cas de force majeure, le transit peut être prolongé jusqu’à 72 heures, avec l’autorisation du directeur général de NIS ou de l’autorité correspondante au point d’entrée. Toute autre entrée doit être basée sur un visa de touriste, d’immigrant ou de résidence permanente, sauf dans le cas des étrangers de pays qui ont été exemptés de l’exigence d’un visa de touriste.

Exemptions de visa et entrée accélérée

Existe-t-il des programmes d’exemption de visa ou d’entrée accélérée ?

Les ressortissants des pays suivants n’ont pas besoin de visa touristique et sont inclus dans la liste d’exemption de visa du Panama: Andorre, Argentine, Autriche, Belgique, Bolivie, Brésil, République tchèque, Chili, Colombie, Costa Rica, Cyprès, Danemark, El Salvador, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Guatemala, Honduras, Hongrie, Islande, Irlande, Israël, Italie, Corée, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Monaco, Pays-Bas, Nicaragua, Norvège, Paraguay, Pologne, Portugal, Russie, Saint-Marin, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni, Uruguay et Cité du Vatican.

En outre, le NIS a mis en place un programme d’entrée rapide, qui facilite le transit des ressortissants panaméens, des titulaires de permis de séjour d’immigration permanente et des citoyens américains par l’immigration à l’aéroport international de Tocumen.

Transferts à long terme

Catégories

Quelles sont les principales catégories d’autorisation de travail et d’autorisation d’établissement utilisées par les entreprises pour transférer du personnel qualifié?

La règle générale des permis de travail crée un système de quotas de 10 pour cent: les montants des salaires dans la masse salariale de l’entreprise résidente et le nombre d’employés étrangers au sein de la main-d’œuvre de l’entreprise résidente ne doivent pas dépasser 10 pour cent des salaires et de la main-d’œuvre des employés panaméens (10 pour cent de visa ou de permis). Le personnel qualifié, le personnel de direction et les techniciens peuvent être transférés au Panama dans le cadre de l’une des options suivantes.

Techniciens, experts ou employés de confiance

Cette catégorie permet au personnel spécialisé ou technique étranger, aux experts, à la direction et aux cadres ou à ce que la législation sur l’immigration qualifie d'«employés de confiance» de demander un visa et un permis de travail, à condition qu’ils soient parrainés par une société résidente. Les montants salariaux de la masse salariale de l’entreprise résidente et le nombre d’employés étrangers au sein de la main-d’œuvre de l’entreprise résidente ne doivent pas dépasser 15 % des salaires et de la main-d’œuvre des employés panaméens (15 % de visa ou de permis).

Entreprises de moins de 10 employés panaméens

Cette option est également surnommée le «visa Marrakech», car elle a été adoptée conformément aux dispositions de l’accord de Marrakech. Il permet à une petite entreprise d’embaucher un employé étranger dans une entreprise de moins de 10 employés, à condition que l’entreprise embauche un minimum de trois employés panaméens.

Employés dont le produit du travail se matérialise en dehors du Panama

Cette catégorie permet à une société résidente d’embaucher des employés étrangers à condition que les services des employés soient efficaces à l’extérieur du Panama et que l’employé soit embauché pour travailler dans la succursale locale, la filiale ou la société affiliée d’une société ou d’un groupe d’affaires étranger.

Employés qui travaillent pour des entreprises ayant un contrat avec un contrat gouvernemental

Cette catégorie permet à une société résidente qui a obtenu des contrats gouvernementaux d’embaucher des employés étrangers pour répondre aux exigences en matière de main-d’œuvre en vertu du contrat gouvernemental. Les termes et conditions pour le visa et les permis de travail varient généralement et seront fixés en tenant compte de la réglementation applicable et du profil du projet et de l’entrepreneur.

Employés qui travaillent pour des entreprises établies dans la région Panama-Pacifico

En vertu de cette alternative, une société agréée et opérant dans le parc d’affaires Panama-Pacifico peut embaucher des employés étrangers.

Employés qui travaillent pour des entreprises établies dans la Cité du savoir

Cette catégorie permet aux sociétés titulaires d’un permis et opérant dans le parc d’affaires de la Cité du savoir (CK) d’embaucher des employés étrangers pour effectuer des activités techniques, de recherche et développement et de gestion.

Employés qui travaillent pour des entreprises établies dans la zone franche de Colón

Cette catégorie permet aux sociétés titulaires d’une licence et opérant dans la zone franche de Colón (CFZ) d’embaucher des employés étrangers.

Employés d’entreprises multinationales

Cette catégorie de visa permet aux sociétés opérant sous une licence commerciale spéciale conçue pour les sociétés multinationales de parrainer des employés étrangers.

Employés des zones franches désignées

Cette catégorie permet aux sociétés titulaires d’un permis et opérant dans tout parc d’affaires de zone franche (FZ) désigné d’embaucher des employés étrangers pour fournir des services techniques ou de gestion.

Le « visa des nations amies »

Ce visa est destiné aux employés qui viennent de pays qui entretiennent de bonnes relations diplomatiques et commerciales avec le Panama et qui font partie d’une liste de pays publiée par le gouvernement panaméen. Il est devenu très populaire, car il n’a pas d’exigences supplémentaires majeures à satisfaire, si ce n’est d’être un ressortissant de l’un des pays publiés dans la liste des pays amis. Le visa des pays amis permet aux étrangers de pays amis de demander une résidence permanente pour des raisons économiques ou professionnelles, à condition qu’ils démontrent avoir une raison économique ou professionnelle d’immigrer au Panama et une solvabilité minimale de 5 000 $ US. La liste des pays amis a été modifiée à quelques reprises, toujours pour inclure d’autres pays.

Les pays actuellement répertoriés sont Andorre, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chili, Costa Rica, Croatie, Chypre, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Corée, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Mexique, Monaco, Monténégro, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Paraguay, Pologne, Portugal, Saint-Marin, Serbie, Singapour, Slovaquie, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Taïwan, Royaume-Uni, États-Unis et Uruguay.

Recommandé par le président du Panama

Cette catégorie s’adresse aux employés qui, pour des raisons d’intérêt national ou de prestation de services au Panama, sont recommandés par le président et exigent simplement que le visa et le permis de travail soient préalablement approuvés par le président du Panama.

Professionnel étranger

Cette catégorie permet les visas et les permis de travail aux étrangers titulaires d’un baccalauréat, d’une maîtrise ou d’un doctorat, à condition que la profession ne soit pas limitée aux étrangers. Le diplôme doit être approuvé par une université d’État panaméenne, avant de demander le visa et le permis de travail. Pour plus de détails sur les professions restreintes, voir la question 6.

Permis de travail technique temporaire et visa

Le personnel qualifié et les techniciens qui immigrent au Panama pour des périodes de 15 jours à neuf mois peuvent demander un permis de travail technique temporaire et un visa. Ce permis de travail temporaire et ce visa permettent des transferts de personnel à court terme pour fournir une formation ou des affectations de travail spécifiques au Panama.

Procédures

Quelles sont les procédures d’obtention de ces autorisations ? À quel stade le travail peut-il commencer?

Les visas et les permis de travail sont intrinsèquement liés et dépendent les uns des autres. Les procédures pour obtenir la majorité des permis énumérés à la question 10 sont les suivantes :

  • préinscription: l’étranger doit préenregistrer ses informations générales en ligne auprès du NIS;
  • enregistrement: l’employé étranger doit s’inscrire auprès du NIS;
  • demande de visa: l’employé étranger doit déposer une demande de visa auprès du NIS;
  • statut d’immigration: une fois la demande de visa déposée, l’étranger reçoit un statut provisoire dans sa catégorie de visa. Le NIS délivre une certification avec le statut d’immigration de l’étranger (statut d’immigration);
  • demande de permis de travail : la demande de permis de travail est déposée avant le ML. La demande de permis de travail doit inclure le statut d’immigration;
  • examen du permis de travail : le ML examine le permis de travail. Si le permis de travail est approuvé, le demandeur doit déposer une copie de la résolution approuvant le permis de travail et la carte d’identité d’emploi délivrée par le ML auprès du NIS; et
  • approbation du visa: après avoir soumis la résolution de permis de travail délivrée par le ML, le NIS examinera le dossier du demandeur et, s’il est jugé conforme, approuvera et délivrera le visa.

Tous les documents qui sont délivrés en dehors du Panama et qui sont soumis au NIS à l’appui de la demande de visa et de permis de travail, doivent être en espagnol et légalisés par le système consulaire ou la Convention de La Haye abolissant l’exigence de légalisation des documents publics étrangers.

Le visa des employés des entreprises multinationales (MC) a une procédure plus courte, car il n’oblige pas le demandeur à demander séparément un permis de travail. Une fois la demande de visa MC déposée, le NIS examine la demande. Si la demande est jugée conforme à la réglementation, le NIS approuvera le visa MC. L’approbation du visa MC fournira également à l’employé étranger la permission de travailler au Panama.

La législation du travail au Panama interdit aux étrangers de commencer toute activité de travail pendant que la demande de permis de travail est en cours. Le ML doit avoir effectivement délivré le permis de travail avant que l’étranger puisse commencer à travailler.

Période de séjour

Quelles sont les périodes générales maximales (et minimales) de séjour accordées dans les principales catégories pour les transferts d’entreprise?

Le NIS accorde généralement des séjours d’un an, renouvelables pour un peu plus de cinq périodes supplémentaires d’un an. Néanmoins, en vertu des modifications les plus récentes de la loi sur l’immigration, certaines catégories de visas liés au travail confèrent au demandeur un statut permanent sur le territoire du Panama, après la deuxième année de renouvellement. Pour plus de détails sur les visas qui confèrent le statut de résident permanent à partir de la deuxième année, voir la question 29.

Délai de traitement

Combien de temps faut-il généralement pour traiter les catégories principales?

Pour toutes les catégories principales, le NIS prend généralement de quatre à cinq mois pour traiter une demande de visa, et le ML peut prendre deux à trois mois supplémentaires pour approuver ou rejeter un permis de travail. Toutefois, ces délais peuvent varier en fonction des arriérés et d’autres facteurs.

Les visas et les permis de travail pour les employés qui travaillent pour des entreprises avec un contrat gouvernemental, sont autorisés dans la zone Panama-Pacifico (PPA) ou dans le CK et autorisés en tant que MC, ou postulant selon les critères de la nation amie, dans la plupart des cas, sont traités dans la moitié du temps qu’il faut pour d’autres visas ou permis de travail.

Avantages sociaux

Est-il nécessaire d’obtenir des avantages ou des installations pour que le personnel obtienne un permis de travail?

En règle générale, les employés doivent être affiliés au système de sécurité sociale panaméen (SSS). Les prestations de sécurité sociale, y compris les soins médicaux et les prestations de retraite, sont fournies par le SSS. Le logement et d’autres avantages ne sont pas une exigence pour obtenir un permis d’immigration.

Un employé étranger travaillant avec un visa MC est une exception. Les employés travaillant sous un visa MC doivent montrer qu’ils ont une couverture d’assurance maladie privée pour obtenir leur permis d’immigration et de travail. La couverture d’assurance maladie privée est sécurisée par le MC.

La législation panaméenne n’exige pas d’avantages ou d’installations supplémentaires pour embaucher des étrangers.

Critères d’évaluation

Les autorités d’immigration suivent-elles des critères objectifs ou exercent-elles leur pouvoir discrétionnaire selon des critères subjectifs?

Les autorités de l’immigration suivent généralement des critères objectifs. Les visas sont généralement accordés ou rejetés sur la base de critères et d’exigences techniques. Cependant, le NIS suit souvent des principes et des lignes directrices qui ne sont pas énumérés dans la loi ou dans tout règlement NIS publié, ajoutant essentiellement de la subjectivité au processus et le rendant parfois difficile à suivre et à compléter.

Les autorités des NEI, cependant, accordent aux demandeurs une certaine souplesse dans les cas complexes et inhabituels.

Particuliers et investisseurs fortunés

Existe-t-il une voie spéciale pour les particuliers ou les investisseurs fortunés?

La législation panaméenne sur l’immigration contient des visas spéciaux pour les investisseurs et les particuliers fortunés. Ces visas varient selon le type d’investissement, comme suit:

  • investissement dans l’immobilier: la résidence permanente au Panama peut être obtenue par des personnes investissant personnellement un minimum de 300 000 USD dans tout type de bien immobilier situé au Panama. La propriété doit appartenir directement à l’investisseur étranger;
  • investissement dans les dépôts à terme: la résidence permanente au Panama peut être accordée aux personnes qui ouvrent un dépôt à terme au Panama d’une valeur minimale de 300 000 $ US et d’une durée minimale de trois ans. Le dépôt à temps doit être conservé au nom de l’investisseur;
  • investissement dans l’immobilier et le dépôt à terme: la résidence permanente au Panama peut être accordée aux personnes investissant un minimum de 300 000 USD dans une combinaison de biens immobiliers et d’un dépôt à terme bancaire. Les deux doivent être détenus au nom de l’investisseur étranger;
  • investissement dans la foresterie: la résidence permanente au Panama peut être délivrée à des personnes investissant un minimum de 80 000 usd dans le reboisement ou les plantations forestières d’une superficie minimale de 20 hectares. L’investissement personnel n’est pas requis et peut être acheminé par l’intermédiaire de sociétés de reboisement agréées par l’Autorité nationale de l’environnement;
  • investissement dans des sociétés: la résidence permanente au Panama peut être obtenue par des personnes investissant 160 000 $ US ou plus dans le capital d’une société au Panama; et
  • investissement dans des sociétés autorisées à faire des affaires dans une zfe: la résidence permanente au Panama peut être délivrée à des personnes investissant un minimum de 250 000 $ US dans des sociétés autorisées à opérer dans une zone désignée par la FZ.

Contrairement aux catégories de visas énumérées à la question 10, les visas d’investisseur n’offrent pas la possibilité de demander un permis de travail. En conséquence, ces visas ne permettent pas aux investisseurs de travailler au Panama.

Existe-t-il une voie spéciale (y compris la voie rapide) pour les personnes fortunées pour une voie de permis de séjour dans votre juridiction?

Non. Le demandeur doit remplir la demande conformément aux procédures décrites à la question 11.

Personnes hautement qualifiées

Existe-t-il une voie spéciale pour les personnes hautement qualifiées?

Il n’y a pas de voie spécifique pour les personnes hautement qualifiées. Cependant, certains permis d’immigration ont une durée d’approbation plus courte, y compris les visas de pays amis, les visas MC, les visas et les permis de travail pour les employés qui travaillent pour des entreprises agréées dans le cadre du PPA et les visas et les permis de travail pour les employés qui travaillent pour des entreprises établies dans le CK.

Le Panama dispose également d’un «visa professionnel et d’un permis de travail» qui permet aux personnes ayant des antécédents éducatifs très spécifiques de demander une résidence permanente et un permis de travail, à condition que leur profession principale ne soit pas limitée aux Panaméens. Pour une liste des activités professionnelles dont l’exercice est limité aux Panaméens, voir la question 6.

Ascendance et descendance

Existe-t-il un itinéraire spécial pour les ressortissants étrangers en fonction de leur ascendance ou de leur ascendance?

Il n’y a pas d’itinéraire spécial pour les ressortissants étrangers en fonction de l’ascendance ou de l’ascendance. Il existe une procédure spéciale dans la loi qui permet aux enfants de ressortissants panaméens nés à l’étranger de s’enregistrer en tant que ressortissants panaméens devant le Tribunal électoral.

Salaire minimum

Existe-t-il une exigence de salaire minimum pour les principales catégories de transferts d’entreprise?

Oui, il y a une exigence de salaire minimum pour la majorité des catégories principales. Les principales catégories suivantes ont une exigence de salaire mensuel minimum, comme suit:

  • visas pour techniciens, experts, cadres et cadres ou employés de confiance: 850 dollars EU;
  • visas pour les entreprises de moins de 10 employés panaméens : 1 000 dollars ;
  • visas pour les employés dont l’emploi est supervisé en dehors du Panama : 2 000 dollars eut ;
  • visas pour les employés qui travaillent pour des entreprises agréées dans le PPA: 1 000 USD dans le cas des employés de confiance; et
  • visas et permis de travail pour les employés qui travaillent pour des entreprises agréées dans la CFZ: 2 000 USD pour les cadres et les gestionnaires, le personnel technique et les employés de confiance.

Les exigences salariales peuvent augmenter en fonction du type de visa et du nombre de personnes à charge.

Test du marché du travail des résidents

Existe-t-il un système de quotas ou un test du marché du travail des résidents?

Le Panama dispose d’un système local de quotas d’employés. La règle générale du permis de travail crée un système de quotas de 10 % (voir question 10).

Le personnel spécialisé ou technique étranger, les experts, la direction et les cadres bénéficient d’un quota légèrement plus élevé de 15 % (voir question 10).

Cependant, divers types de catégories de visas créent des exceptions aux quotas de 10 % et de 15 %, toujours à condition que le nombre d’employés étrangers ne dépasse pas le nombre d’employés locaux sur la liste de paie de l’entreprise. Voir la question 10 pour une liste d’exceptions.

Malgré l’exigence de quota d’employés locaux, il n’est pas nécessaire de faire de la publicité localement ou d’effectuer une recherche de main-d’œuvre locale avant d’embaucher un étranger. Cependant, les permis de travail pour les techniciens et les experts exigent que la société résidente forme un employé panaméen pour le même poste.

En outre, les lois du travail exigent le remplacement du technicien ou de l’expert étranger par un employé panaméen formé dans un délai de cinq ans, à compter du jour où le ML délivre le permis de travail pour la première fois. Les employeurs qui parrainent un technicien ou un expert déposent une lettre d’engagement auprès du ML, énumérant le nom et le numéro d’identification du technicien ou de l’expert panaméen qui remplacera l’employé étranger.

Professions en pénurie

Existe-t-il une voie spéciale pour les professions en pénurie?

Il n’y a pas de voie spécifique ou spéciale pour les professions en pénurie.

Autres critères d’admissibilité

Y a-t-il d’autres conditions d’admissibilité principales pour être admissible à l’autorisation de travail dans votre juridiction?

Les techniciens et les experts qui demandent un visa et un permis de travail en fonction de leurs compétences doivent fournir la preuve qu’ils ont acquis les compétences ou l’expertise qui constituent la base de l’emploi. La preuve de compétences ou d’expertise doit être démontrée par la production de certificats, diplômes, licences ou grades délivrés par des établissements d’enseignement ou des autorités étrangères, ou des lettres de référence émises par des employeurs précédents.

Entrepreneurs tiers

Quel est le processus par lequel les entrepreneurs tiers obtiennent une autorisation de travail?

Les entrepreneurs tiers ne peuvent pas obtenir un permis de travail pour le compte d’autres entreprises. Cependant, il n’est pas rare que les entreprises de ressources humaines et d’emploi parrainent des étrangers, déposent leur demande de visa et de permis de travail et externalisent l’étranger à une entreprise locale.

En outre, la législation panaméenne en matière d’immigration ne limite ni n’empêche expressément les employés de travailler dans les locaux d’une autre entreprise. Toutefois, le fait de travailler dans les locaux d’une autre entreprise peut entraîner une responsabilité envers l’autre société pour les salaires et avantages sociaux impayés ou toute autre violation des droits des employés en vertu du code du travail et de la convention collective.

Reconnaissance des qualifications étrangères

Une évaluation d’équivalence ou une reconnaissance des compétences et des qualifications est-elle requise pour obtenir une autorisation d’immigration?

Une évaluation ou une reconnaissance des compétences et des qualifications est nécessaire pour obtenir certaines autorisations d’immigration telles que les visas et les permis de travail pour les techniciens et les experts.

Techniciens

Pour obtenir l’approbation du visa et du permis de travail, le personnel technique doit obtenir et déposer avec le ML des lettres académiques, des diplômes, des certificats ou des documents similaires certifiant leur capacité technique.

Experts

Pour obtenir l’approbation d’un visa et d’un permis de travail, le personnel expert doit obtenir et déposer une lettre de référence, professionnelle ou d’affaires certifiant son expertise auprès du ML.

Extensions et variations

Statut à court et à long terme

Un visa de courte durée peut-il être converti dans le pays en autorisations à plus long terme? Dans l’affirmative, quel est le processus?

Les visas de courte durée peuvent être convertis en autorisations à plus long terme en annulant le visa de courte durée et le permis de travail délivrés respectivement par le NIS et le ML, et en demandant l’autorisation à plus long terme auprès du NIS et du ML. Le processus de conversion des visas de courte durée en visas de longue durée est le même que celui décrit à la question 11.

Lorsque l’étranger entre au Panama en tant que touriste et décide par la suite de convertir son statut, il doit également suivre les étapes décrites à la question 11.

Prolongation à long terme

L’autorisation d’immigration à long terme peut-elle être prolongée?

L’autorisation à long terme dans certaines catégories migratoires est initialement délivrée pour une période de deux ans. Après deux ans, un permis de résidence permanente doit être demandé.

Sortie et rentrée

Quelles sont les règles et les implications de la sortie et de la réinserration pour les permis de travail?

Une fois le visa et le permis de travail accordés, la sortie et la réinserraction du pays ne créent aucun problème au Panama. Cependant, étant donné que l’approbation d’une demande de visa peut prendre plusieurs mois, après le dépôt de la demande de visa et pendant que la demande de visa est en cours d’examen, le NIS doit également délivrer au demandeur une pièce d’identité provisoire et un permis d’entrée et de sortie pour sortir et rentrer dans le pays.

Une fois la demande de visa approuvée, il n’est pas nécessaire de demander un permis d’entrée et de sortie.

Résidence permanente et citoyenneté

Comment les immigrants peuvent-ils être admissibles à la résidence permanente ou à la citoyenneté?

Résidence permanente

Un étranger qui vient au Panama à des fins de travail n’a pas la résidence permanente ou la citoyenneté, sauf s’il appartient à l’une des catégories spéciales de visa et de permis de travail suivantes:

  • est marié à un ressortissant panaméen;
  • a un enfant panaméen avec un ressortissant panaméen;
  • reçoit une recommandation ou un permis autorisé par le président du Panama;
  • est un pasteur d’une religion reconnue par les autorités panaméennes;
  • est employé dans le cadre d’une exploitation commerciale titulaire d’une licence PPA;
  • est titulaire d’un visa professionnel étranger;
  • détient un visa de pays amis;
  • est titulaire d’un visa de siège social de multinationale (SEM) depuis plus de cinq ans; ou
  • est titulaire d’un permis d’immigration ou de travail en vertu des critères de visa ou de permis de 10 % et de 15 % depuis plus de deux ans.

Le ML prend généralement de deux à trois mois pour approuver ou rejeter un permis de travail. Il existe des catégories spécifiques de visas d’investisseur ou d’affaires qui permettent aux employés étrangers de demander la résidence permanente au Panama:

  • immobilier;
  • les dépôts à temps;
  • la foresterie;
  • l’apport de capital d’entreprise dans une entreprise locale ou une entreprise d’exploitation FZ; et
  • visas pour le personnel permanent travaillant pour une opération autorisée au sein de l’AAE.

Une fois que les demandes de visas énumérées ci-dessus sont déposées et examinées, le NIS accorde un permis de séjour provisoire à l’employé étranger. Une fois le permis de séjour provisoire approuvé, l’employé étranger peut demander la résidence permanente au Panama.

Citoyenneté

Les étrangers peuvent demander la citoyenneté après avoir passé cinq années consécutives au Panama avec un visa d’immigration qui confère la résidence permanente. En outre, si l’étranger a trois ans de résidence permanente, avec des enfants panaméens, avec un conjoint panaméen, il peut obtenir la citoyenneté panaméenne. Les citoyens d’Espagne ou de pays d’Amérique latine peuvent également obtenir la citoyenneté panaméenne, à condition que ces pays offrent aux citoyens panaméens des avantages réciproques.

La demande de citoyenneté doit être déposée auprès du NIS, mais adressée au président du Panama. Une fois la demande admise, le NIS émettra un rapport sur le statut d’immigration de l’étranger. Si le rapport montre que l’étranger s’est conformé aux lois sur l’immigration, le NIS demandera au tribunal électoral de tester les connaissances du demandeur sur la langue espagnole, l’histoire panaméenne, la géographie panaméenne et la structure politique et administrative panaméenne. Une fois que l’étranger a passé le test, le NIS enverra tous les documents au ministère de la Sécurité publique et au Conseil de sécurité nationale pour un examen final pour des raisons de sécurité nationale. Après examen favorable et avis du Conseil de sécurité nationale, le président du Panama émettra une lettre de nationalisation conférant la citoyenneté panaméenne. Enfin, le demandeur sera assermenté en tant que Panaméen par le gouverneur de la province du Panama.

Une fois ce processus terminé, l’étranger sera considéré comme un ressortissant panaméen et aura droit à une carte d’identité panaméenne et à un passeport panaméen.

Fin d’emploi

L’autorisation d’immigration doit-elle être annulée à la fin de l’emploi dans votre juridiction?

L’immigration et l’autorisation de travail doivent être annulées à la fin de la relation de travail. Les employeurs doivent informer le NIS de la cessation d’emploi et les étrangers doivent retourner leur visa pour annulation. La même procédure s’applique aux permis de travail, bien que les permis de travail doivent être annulés avec le ML.

Si l’employé a été promu à un nouvel emploi ou à un emploi meilleur et doit rester au Panama, l’autorisation d’immigration n’aura pas besoin d’être annulée, à condition que le nouveau poste réponde aux critères de visa et de permis de travail existants. Le nouveau titre de poste ou la nouvelle description d’emploi sera alors mis à jour au moment où l’employé demande le renouvellement du visa et du permis de travail.

Les cadres titulaires d’un visa SEM doivent informer le NIS et le secrétaire du SEM de la résiliation dans les 20 jours ouvrables suivant la résiliation, ou ils ont la possibilité de demander un permis de séjour d’une durée pouvant aller jusqu’à six mois. Le cadre titulaire du visa SEM doit effectuer un changement de statut d’immigration ou restituer sa carte pour procéder à la clôture définitive du visa.

Restrictions imposées aux employés

Y a-t-il des restrictions spécifiques sur un titulaire d’autorisation d’emploi?

Un titulaire d’une autorisation d’emploi peut travailler pour l’entreprise qui a parrainé l’autorisation et le visa selon les termes spécifiques du permis de travail et du visa, sauf dans le cas des titulaires d’autorisations d’emploi permanentes. Tout travail en dehors de ce qui est inclus dans le permis de travail et le visa est considéré comme non autorisé. Par conséquent, un employé ne peut pas travailler pour un employeur autre que celui qui a parrainé le visa et le permis de travail.

Il n’y a pas de restriction spécifique prévoyant qu’un titulaire d’une autorisation d’emploi peut étudier simultanément. Cependant, si le but de rester au Panama change et se concentre exclusivement sur l’éducation, l’autorisation d’emploi devra être annulée. Une nouvelle demande de visa d’études devra être déposée auprès du NIS.

En outre, les employés travaillant sous un permis de travail et un visa panaméens ont droit à tous les avantages et droits d’emploi établis par la législation du travail panaméenne pour tous les employés.

Charge

Éligibilité

Qui est considéré comme une personne à charge?

Selon les lois sur l’immigration, seules les personnes suivantes sont considérées comme des personnes à charge :

  • les parents;
  • un conjoint avec un certificat de mariage valide;
  • un membre de la famille handicapé;
  • les enfants de moins de 18 ans; ou
  • les enfants de plus de 18 ans, mais de moins de 25 ans, lorsqu’ils étudient et dépendent économiquement du titulaire du visa.

Conditions et restrictions

Les personnes à charge sont-elles automatiquement autorisées à travailler ou à aller à l’école?

Pour répondre aux exigences en matière d’immigration, les personnes à charge doivent présenter une demande et obtenir le statut d’immigration en tant que personnes à charge.

Les personnes à charge ne sont pas autorisées à travailler lorsqu’elles détiennent un visa pour personnes à charge. Pour travailler au Panama, les personnes à charge doivent démissionner de leur statut de visa de personne à charge et demander un visa d’immigrant et un permis de travail correspondant, ou elles peuvent demander un permis de travail indéfini après 10 ans de résidence provisoire. Les personnes à charge peuvent demander l’un des visas et permis de travail décrits à la question 10 et respecter les procédures décrites à la question 11.

Le système d’éducation publique n’intègre aucune exigence de visa ou d’immigration pour les personnes à charge. Les écoles et collèges privés peuvent exiger que l’enfant ou ses parents démontrent qu’ils ont obtenu le statut d’immigration avant d’admettre l’enfant.

Accès aux prestations sociales

À quelles prestations sociales les personnes à charge ont-ils droit?

Les employés étrangers sont tenus de payer des primes aux employés au SSS. En conséquence, les personnes à charge des employés étrangers ont droit aux prestations de sécurité sociale au Panama, y compris les soins médicaux du SSS. Les visas suivants exigent que les employés paient des primes SSS et permettront des soins médicaux SSS pour les personnes à charge:

  • techniciens, experts, cadres et cadres, ou employés de confiance;
  • les entreprises de moins de 10 employés panaméens;
  • les employés qui travaillent pour des entreprises ayant un contrat avec un contrat gouvernemental;
  • les employés qui travaillent pour des entreprises titulaires d’un permis dans le cadre de l’AAE;
  • les employés qui travaillent pour des entreprises agréées par le CK; et
  • les employés qui travaillent pour des entreprises dans n’importe quelle zone désignée par FZ.

Cependant, les personnes à charge du personnel étranger qui détiennent des visas MC n’auront pas d’avantages SSS. Les employés du visa MC ne sont pas tenus de participer au SSS et doivent conserver une assurance médicale privée.

Autres exigences, restrictions et pénalités

Condamnations pénales

Les condamnations criminelles antérieures constituent-ils un obstacle à l’obtention d’une autorisation d’immigration?

Habituellement, c’est le cas. Un casier judiciaire vierge est normalement une exigence pour obtenir un permis d’immigration. Les étrangers ayant déjà été condamnés au pénal se voient généralement refuser le statut d’immigration au Panama pour des raisons de sécurité.

Sanctions en cas de non-conformité

Quelles sont les sanctions pour les entreprises et les particuliers en cas de non-respect de la loi sur l’immigration? Comment les applique-t-on dans la pratique?

Les entreprises qui ne se conforment pas aux lois sur l’immigration peuvent être passibles d’amendes, imposées par le NIS, allant de 1 000 à 25 000 dollars. En outre, les entreprises dont les employés étrangers travaillent sans permis de travail approuvé sont passibles de sanctions, imposées par le ML, allant de 500 dollars eu pour une première infraction à 10 000 dollars eu, et à l’annulation de l’avis d’exploitation après la quatrième infraction; et doubler le montant s’il y a plus de 10 employés étrangers qui travaillent sans permis de travail.

Les personnes qui ne se conforment pas aux lois sur l’immigration peuvent être assujetties aux amendes NIS suivantes :

  • une amende unique de 1 000 dollars pour avoir travaillé sans visa ni permis de travail. En cas de récidive, le NIS imposera des amendes de 5 000 USD et, en cas de récidive, pourra annuler le visa;
  • une amende supplémentaire de 50 dollars par mois applicable aux employés étrangers qui travaillent sans visa ni permis de travail;
  • 50 dollars par mois pour les visas expirés (ou 100 dollars par mois si l’étranger était titulaire d’un permis de séjour en tant que marié à un ressortissant panaméen ou avec un enfant panaméen avec un ressortissant panaméen);
  • 2 000 USD pour voyager sans permis d’entrée et de sortie valide. En cas de récidive, le NIS imposera des amendes de 5 000 USD et, en cas de récidive, pourra annuler le visa;
  • 10 dollars eut par événement pour les étrangers qui n’ont pas sur eux leurs papiers les identifient comme tels; ou
  • 100 USD par événement pour les étrangers qui ne signalent pas de changements dans les informations fournies au NIS (en cas de récurrence, le NIS peut annuler le visa).

Exigences linguistiques

Y a-t-il des exigences linguistiques minimales pour les migrants?

Le Panama n’impose pas de tests de langue ni d’exigences linguistiques minimales aux immigrants.

Dépistage médical

Un examen médical est-il nécessaire pour obtenir une autorisation d’immigration?

Une certification médicale générale et large prouvant l’état de santé du demandeur étranger est requise lors de la demande de visa au Panama. Le certificat médical doit être délivré par un médecin panaméen agréé. Il n’y a pas d’exigence spécifique pour le VIH ou d’autres dépistages ou tests spécifiques.

Détachement

Existe-t-il une procédure spécifique pour les employés détachés sur un site client dans votre juridiction?

Il n’existe pas de dispositions spécifiques régissant les détachements au Panama. Un étranger peut être détaché par son employeur pour travailler pour un client sur le site du client. Les transferts d’employés par détachement dans une entreprise résidente doivent satisfaire aux exigences en matière de visa et de permis de travail décrites à la question 10 et suivre les procédures de demande décrites à la question 11.

Mise à jour et tendances

Principaux développements de l’année écoulée

Y a-t-il des tendances émergentes ou des sujets d’actualité dans la réglementation de l’immigration des entreprises dans votre juridiction?

Principaux développements de la dernière année40 Y a-t-il des tendances émergentes ou des sujets d’actualité dans la réglementation de l’immigration des entreprises dans votre juridiction?

L’administration sortante a apporté des modifications tardives aux permis de travail et d’immigration, raccourcissant certaines périodes de validité des permis, y compris les permis de travail pour les titulaires de:

  • visas pour les pays amis;
  • 10 % de visas et 15 % de visas; et
  • visas professionnels pour étrangers.

Il a également augmenté les périodes de séjour pour les citoyens américains et les employés des compagnies aériennes basées au Panama. L’administration sortante a également adopté des modifications permettant l’acquisition de la résidence permanente pour les titulaires de visas SEM et de permis spéciaux de régularisation de l’immigration. Ces changements tardifs ont été critiqués par la nouvelle administration, qui a indiqué qu’elle examinerait tous les changements tardifs apportés aux permis.